Entrevue : Dominick Turgeon

Briceberg vous partage l’entrevue inspirante de l’un des premiers entrepreneurs et kinésiologues au Québec à lancer des services avant-gardistes et spécialisés en ergonomie au travail au cours des années 90. Dominick Turgeon représente fièrement Entrac, chef de file dans le domaine de l’ergonomie en milieu de travail.

BRICEBERG : Dominick, tu diriges une entreprise en ergonomie depuis plus de 20 ans. Peux-tu nommer une réalisation en particulier dont tu es fier?
DOMINICK : D’un point de vue entrepreneurial, je suis très fier d’avoir créé une organisation qui, depuis 20 ans, sert ses clients avec des taux de satisfaction et de fidélité très élevés et maintient un faible taux de roulement de ses employés. Nous avons aussi bâti l’entreprise sur des valeurs qui me ressemblent telles que le respect, l’action, l’intégrité et la qualité. En plus des 65 000 travailleurs qui ont été aidé par notre équipe depuis ses débuts, Entrac continue de répondre aux besoins de 500 clients par année. D’un point de vue développement technologique, nous allons prochainement lancer des applications uniques d’évaluation et d’analyse de risques ergonomiques, une première au Québec.

BRICEBERG : Qu’est-ce qui te motive dans le domaine de l’ergonomie?
DOMINICK : Lorsque je complétais mon baccalauréat en Kinésiologie à l’Université Laval, je travaillais comme monteur de lignes dans une compagnie de télécommunications et je me suis blessé au dos. En mode solution et durant ma dernière année au baccalauréat, j’ai donc réalisé un projet avec un professeur spécialisé pour prévenir les blessures chez les monteurs de lignes. C’est de là que sont apparus mon intérêt et ma motivation pour offrir des services et des solutions pratiques aux entreprises dans le but d’aider leurs employés à être productifs tout en misant sur leur mieux-être à travers une gestion optimale des risques. Aussi, j’ai beaucoup de motivation pour mon domaine d’expertise puisqu’il me permet de me dépasser dans mon travail tout en combinant des composantes qui me stimulent : la Kinésiologie, l’ergonomie et bien sûr, l’entreprenariat.

BRICEBERG : Peux-tu nous donner un exemple d’un défi rencontré dans ta carrière d’entrepreneur?
DOMINICK: Tout comme le lancement de nombreuses entreprises, les premières années demandent beaucoup de temps, d’énergie et de dévouement. Durant notre quatrième année en opérations, nous avons perdu une portion de l’un de nos contrats pour lequel nous avions planifié des services pour 3 mois. Malgré des pertes financières, nous avons alors pris la décision de respecter nos engagements envers les nouveaux employés embauchés car cela faisait partie de nos valeurs. Nous avons retroussé nos manches, modifié l’offre de services et préparé des formations de qualité en anglais et en français afin de répondre aux besoins changeants de notre client. Cet épisode ainsi que les nombreux autres défis que j’ai rencontré au cours de ma carrière m’ont permis d’apprendre énormément. En bout de ligne, malgré les défis rencontrés, la relation avec nos partenaires, le soutien de ma famille et une équipe solide ont fait la difference.

BRICEBERG : Quel conseil donnerais-tu à un kinésiologue qui souhaiterait se lancer et avoir du succès en affaires dans le domaine de l’ergonomie en milieu de travail?
DOMINICK : Pour avoir du succès en affaires, il faut passer beaucoup de temps à rencontrer des clients potentiels et être à l’écoute de ceux-ci afin de déterminer leurs besoins pour élaborer des propositions adaptées. En Kinésiologie, il y a beaucoup de professionnels passionnés par l’activité physique mais le défi est de combiner cette passion avec le développement des affaires et l’écoute des besoins réels des clients. Je leur conseillerais donc d’enrichir leur pratique en développant des compétences en ventes, en marketing ou en service à la clientèle. De plus, il faut savoir bien s’entourer en sollicitant le soutien d’experts dans divers domaines comme les communications, la comptabilité ou les ressources humaines. À titre d’exemple, Daniel, mon partenaire d’affaires, et moi sommes complémentaires au niveau de nombreuses compétences et cela a certainement contribué à notre réussite jusqu’à présent.

BRICEBERG : Beaucoup de nouvelles entreprises ne dépassent pas le cap du 5 ans. Comment ne pas perdre l’objectif visé malgré les défis rencontrés ?
DOMINICK : J’ai la chance de donner des conférences à l’Université Laval sur l’entreprenariat à des finissants dans le domaine de la santé et mes conseils sont les suivants. D’abord et avant tout, il faut que le kinésiologue détermine ses valeurs personnelles et celles de sa future entreprise. Ceci étant fait, il faut tenter de passer peu de temps sur les choses qui n’ont pas de valeurs intrinsèques pour l’organisation. Par exemple, éviter de longues réunions qui ne sont pas nécessaires, réduire les tâches administratives ou revoir la façon d’effectuer du réseautage. Une autre chose importante à ne pas oublier est de célébrer nos succès tout au long du processus et ce, dès la première année. Il faut être reconnaissant de ses propres réussites personnelles et aussi se montrer juste et généreux avec son équipe.

BRICEBERG : Les kinésiologues cherchent parfois comment faire leur place comme professionnels et ergonomes. Selon toi, quelles sont les aptitudes nécessaires pour y parvenir?
DOMINICK : Si un kinésiologue souhaite travailler avec diverses organisations, il lui faut d’abord de fortes aptitudes en service à la clientèle. Cela peut paraitre simple mais être sympathique, intègre et professionnel sont des éléments clé pour bâtir des relations solides en affaires. En plus de faire preuve d’une grande écoute, prendre sa place signifie aussi connaître ses limites et ses forces. Finalement, les professionnels qui se démarquent sont souvent ceux qui réussissent à développer une spécialité précise en misant par exemple sur une clientèle spécifique ou un marché unique. En ergonomie, un kinésiologue pourrait bâtir son expérience dans le milieu industriel, pour un type d’emploi distinct ou encore en ergonomie de bureau.

BRICEBERG : Quelles sont les dernières tendances en ergonomie en milieu de travail et comment Entrac se tient-elle à l’affût de celles-ci?
DOMINICK : Les sujets tendances du moment sont des enjeux importants pour nos clients et ceux-ci incluent le travail assis-debout, les travailleurs âgés et la problématique grandissante de l’obésité. Par rapport aux travailleurs âgés, les entreprises doivent s’adapter avec une population vieillissante qui présente des changements considérables au niveau des variables physiologiques influencées par leur âge telles que l’acuité visuelle et les capacités physiques (force, puissance, endurance). Pour demeurer au goût du jour, Entrac donne aussi des conférences sur les meilleures pratiques à ses clients. Parfois, certains clients nous amènent de nouveaux défis, ce qui nous pousse à faire nos recherches afin de répondre à leurs besoins le plus efficacement possible. Finalement, on envoie nos ergonomes dans différentes formations au Québec, au Canada et aux États-Unis, on lit sur la littérature récente et on tient des rencontres mensuelles durant lesquelles nous partageons et offrons de la formation continue pour demeurer à l’affût des nouveautés et des avancées dans notre domaine.

Questions en rafale

BRICEBERG : Quels trucs intègres-tu pour être un bon modèle, c’est-à-dire tenir la forme et appliquer les principes que tu prêches?
DOMINICK : Bouger est une partie intégrante de moi et c’est pourquoi je fais de l’activité physique 4 à 6 fois par semaine en pratiquant la course à pied, l’entraînement en salle, le hockey et le vélo de montagne. En plus d’être très actif avec ma famille, nous avons un gym intégré à même nos bureaux chez Entrac pour encourager l’activité physique. Je me bloque une heure par jour à mon agenda pour l’entraînement ou la pratique d’une activité physique.

BRICEBERG : Quel est l’évènement à ne pas manquer en ergonomie?
DOMINICK : Il existe plusieurs événements en santé et sécurité et ressources humaines au Québec qui ont parfois un volet ergonomie. Plus spécifiquement, le congrès national de l’Association Canadienne d’Ergonomie (ACE) revient à chaque année. Il existe aussi différents événements ponctuels en ergonomie souvent chapeautés par l’Institut de recherche en santé et en sécurité du travail (IRSST).

BRICEBERG : Un conseil professionnel que tu as reçu et qui t’a servi jusqu’à aujourd’hui?
DOMINICK : J’ai reçu un conseil de la part d’un oncle qui a réussi en affaires et que j’applique encore aujourd’hui. Sois authentique et intègre dans toutes tes relations d’affaires. Même si ce n’est pas toujours gagnant à court terme, je n’ai jamais été déçu de mettre ce conseil en application sur le long terme.

BRICEBERG : Un truc pour agrandir ton réseau de contacts?
DOMINICK : J’ai remarqué avec les années que les clients viennent beaucoup à nous par référence. Ne sous-estimez pas les amis, la famille, les collègues d’études et de travail. Le Québec est petit, en fin de compte.

Vous désirez en savoir davantage sur Dominick, son équipe et les services qui sont offerts par Entrac?  Visitez le site web de cette entreprise québécoise polyvalente qui a fait ses preuves par son expertise solide en ergonomie et son savoir-faire unique.