Entrevue : Naomi Ban

NBworkout c’est : 25 ans d’expérience en entraînement, une kinésiologue passionnée et avide de connaissances dans son domaine, une approche novatrice et des services spécialisés pour personnes touchées par les maladies auto-immunes et la douleur chronique, du sur-mesure chez soi, en gym ou en ligne. Briceberg s’est entretenu avec Naomi, une jeune entrepreneure audacieuse qui a fait le tremplin en affaires.

BRICEBERG : D’où t’est venue l’idée d’offrir des services pour une population atteinte de maladies auto-immunes ou souffrant de douleur chronique?
NAOMI : Pendant de nombreuses années, j’ai offert des services à tous les types de population avec des objectifs variés, de la perte de poids à la performance physique. Puis, en 2013, je suis tombée malade et j’ai reçu un diagnostic de spondylarthrite ankylosante. Cette période a été très difficile mais m’a permis de trouver ma niche, celle où je peux aider positivement les personnes qui, tout comme moi, sont touchées par les maladies auto-immunes et la douleur chronique. Avec mon expérience comme kinésiologue et ma détermination, je suis parvenue à retrouver ma qualité de vie et aller au-delà de mes objectifs de mise en forme, ce qui a faire naître mon approche novatrice auprès de cette clientèle.

BRICEBERG : Quel est ton plus grand défi lorsque vient le temps de promouvoir tes services auprès de cette clientèle?
NAOMI : Se faire connaître est un défi important. L’une de mes stratégies pour promouvoir mes services est de faire connaître mon histoire à travers différents médias tels que la radio, les réseaux sociaux ou la télévision pour démontrer aux gens qu’il y a de l’espoir et que c’est possible de bouger sans douleur en appliquant les bonnes méthodes d’entraînement. Les personnes aux prises avec une maladie chronique ont souvent testé plusieurs méthodes pour se prendre en main, sans succès. Elles espèrent pouvoir trouver la bonne solution lorsqu’elles viennent à moi en constatant les résultats extraordinaires que j’observe avec mes clients.  

BRICEBERG : Que conseillerais-tu à une personne souffrant d’arthrite qui désire redevenir active?
NAOMI : Puisque chaque personne a des caractéristiques uniques, je proposerais une rencontre initiale pour évaluer ses besoins, ses objectifs et bien sûr, sa condition de départ. Il y a beaucoup d’éducation à faire sur les concepts d’entraînement et de mode de vie avant d’élaborer un plan sur mesure, je pars donc du niveau de connaissances de chacun de mes clients. Puis, je bâtis sur le positif à chaque semaine et les objectifs évoluent au fur et à mesure où nous les atteignons ensemble.

BRICEBERG : Quelles sont les clés de ton approche qui se distingue nettement de ce qui se fait en activité physique pour une telle clientèle?
NAOMI : L’un des éléments de mon approche est la préparation physique dans un objectif de performance pour les personnes atteintes de maladies auto-immunitaires ou souffrant de douleur chronique. Lorsque j’ai décidé de m’orienter vers cette population, je voulais continuer d’offrir des programmes de renforcement et de force musculaire et de sculpter le corps de mes clients. Une personne souffrant d’arthrite ne désire pas simplement contrôler les symptômes de sa maladie, elle désire aussi atteindre d’autres buts comme la forme physique ou la perte de poids. Ainsi, nous essayons de contrôler la douleur le plus rapidement possible, pour ensuite cibler un programme adapté qui permet au client de relever des défis selon ses besoins uniques. Un défi pour l’un pourrait être de jouer avec ses petits-enfants alors que pour un autre ce serait de gravir le Kilimandjaro. L’approche par défi leur redonne confiance en leurs capacités.

BRICEBERG 
: Beaucoup de kinésiologues s’orientent vers l’entraînement. Que leur conseillerais-tu pour les aider à innover et se distinguer des autres?
NAOMI : Premièrement, je leur conseillerais de se lancer en affaires pour les bonnes raisons. Il faut être passionné pour avoir toutes les chances de réussir. Voir l’entraînement comme une passion et non comme un travail a fait toute la différence pour moi. Je travaille 7 jours par semaine parce que je le veux bien et je suis toujours disponible pour mes clients parce que j’aime ce que je fais. Deuxièmement, je crois qu’il est important que le kinésiologue qui désire innover soit en mesure de préciser son offre de son service. À partir de là, il ou elle pourra approfondir ses connaissances dans une branche spécifique pour développer son expertise et ainsi, se distinguer de d’autres professionnels en entraînement. Dans le passé, j’ai travaillé dans un gym où chaque entraîneur lisait un livre dans divers domaines d’intérêt et en groupe, nous partagions nos découvertes. C’est un truc que je recommande à tous les professionnels qui désirent continuer de se tenir à jour et d’innover leur pratique.

BRICEBERG : De quelle façon collabores-tu avec d’autres professionnels de la santé?
NAOMI : Travailler en équipe avec d’autres professionnels est essentiel dans mon travail. Avec le temps, j’ai bâti un large réseau de contacts qui me permet aujourd’hui de référer des clients à des professionnels de confiance lorsque je juge que ça sort de mon champ d’expertise. Par exemple, si un client désire s’entraîner en triathlon, je choisis de le référer à un professionnel qui est spécialisé dans cette discipline. Je favorise aussi des échanges avec d’autres professionnels qui ont des visions différentes des miennes et qui m’apportent d’autres façons de travailler. J’ai eu la chance d’avoir des mentors exceptionnels au cours de ma carrière et je continue de me faire guider par un mentor de façon hebdomadaire.

BRICEBERG : Qu’est-ce que sera NBworkout dans 10 ans?
NAOMI : Dans 10 ans, j’aimerais avoir une équipe de kinésiologues partout au Canada. Pour y parvenir, je vais rechercher des kinésiologues qui ont le désir d’innover et la passion pour le métier, tout comme moi. Même si NBworkout grandit, je veux continuer de garder un esprit critique et de conserver des valeurs personnelles qui me ressemblent.

Questions en rafale

BRICEBERG : Quel est ton exercice de prédilection?
NAOMI : Le squat demeure l’exercice qui fait partie de mon programme quotidien.

BRICEBERG : Y’a-t-il un sport que tu pratique autre que l’entraînement?
NAOMI : Je suis ceinture noire en 3 styles d’arts martiaux et je pratique le TaeKwondo depuis mon adolescence.

BRICEBERG : As-tu une préférence entre l’entraînement à domicile, en centre ou en ligne?
NAOMI : J’aime les trois approches mais j’ai une préférence pour l’entraînement en centre pour la dimension face à face. Je crois que sortir une personne de la maison est une bonne stratégie pour intégrer l’activité physique dans sa routine. En plus d’avoir accès à plus d’équipements dans un centre, c’est également une belle opportunité pour rencontrer de nouvelles personnes.

BRICEBERG : Un bon évènement à joindre en 2016?
NAOMI : Je suis ambassadrice du Défi Naomi Ban organisé en collaboration avec la Société d’Arthrite. Pour ceux qui veulent se surpasser et courir 10 km, c’est un bel évènement pour une bonne cause. Évidemment, je recommanderais des évènements et des activités différents à mes clients selon leur réalité et leurs besoins.

BRICEBERG : Une formation continue que tu recommandes de suivre? 
NAOMI : Il existe de nombreuses formations intéressantes mais plus que tout, je recommande à chaque kinésiologue de solliciter du mentorat auprès de personnes d’expérience.

Sollicitez l’expertise et les services de Naomi et de son approche unique au Québec. Visitez son site Web, sa page Facebook ou son profil sur LinkedIn.